Ressources humaines : 5 postes à combler pour une PME performante…

… et qui génère des revenus! Beaucoup d’entreprises démarrent à titre de microentreprises qui comptent 5 salariés ou moins. À ce stade, il n’est pas rare que certains d’entre eux portent plusieurs chapeaux et accumulent plusieurs rôles. Mais à mesure que l’entreprise grandit, il devient essentiel de désigner des postes-clés afin d’assurer sa croissance. Voici 5 postes qui contribueront à solidifier la structure d’une PME en quête d’expansion.

1/ Directeur des ressources humaines

Au Canada, PME sont considérées comme telles jusqu’à concurrence de 499 salariés. Pas besoin, donc, d’atteindre le statut de grande entreprise – qui ne touche que 0,2 % des compagnies canadiennes – avant d’avoir besoin d’un directeur des ressources humaines! Au-delà d’un certain nombre de salariés, même le plus productif des chefs d’entreprise ne saura plus où donner de la tête pour gérer son équipe.

Un directeur des ressources humaines qualifié prendra en charge le recrutement de chaque membre de l’équipe en accord avec la stratégie de croissance du dirigeant, de la planification de la formation des salariés, de l’administration des paies et de la conformité des contrats de travail, entre autres. En libérant chef d’entreprise de ces tâches essentielles mais prenantes, une petite compagnie s’assure que son dirigeant pourra investir son temps dans son expertise réelle et dans les tâches qui ne peuvent être déléguées dans l’immédiat.

2/ Représentant des ventes

La conquête de nouveaux clients implique généralement la conquête de nouveaux marchés. À mesure qu’une entreprise grandit, son territoire d’opération s’étend inévitablement. L’ajout de représentants qui ont une connaissance approfondie de leur secteur d’activité et qui maîtrisent les techniques de vente propres à chaque industrie finit donc par devenir une nécessité pour la plupart des PME en croissance.

Contrairement aux postes dont l’essentiel du travail se concentre à l’interne, les représentants des ventes sont souvent sur le terrain. Ils rencontrent les clients, leur présentent les produits et services, tentent de répondre à leurs besoins et s’assurent de la fidélité des acheteurs déjà conquis. La nature même de cet emploi exige une personnalité assurée, attachante et persuasive. Engager des représentants ne suffit donc pas : il faut engager les bons! Ils sont, en quelque sorte, les ambassadeurs de l’entreprise.

3/ Directeur du développement des affaires

La croissance d’une PME ne survient pas en criant ciseau : elle est le fruit de la mise en œuvre d’une stratégie d’affaires bien étoffée. Si le dirigeant de l’entreprise est nécessairement impliqué dans la création de cette stratégie, son déploiement ne sera optimisé que si un de ses collaborateurs s’y consacre à temps plein.  Un directeur du développement des affaires – ou du développement des ventes – se révèle donc un ajout indispensable dans l’équipe d’une compagnie qui aspire à prendre du galon.

En s’occupant des efforts de vente, en saisissant les opportunités d’affaires et en coordonnant l’équipe de représentants qui œuvre directement auprès de la clientèle, le directeur du développement des affaires est une courroie de transmission majeure. Il chapeaute les activités qui, concrètement, permettent à l’entreprise d’asseoir ou d’accroître sa place dans son industrie.

4/ Gestionnaire de la relation avec la clientèle

Plus les clients d’une petite entreprise sont nombreux, plus elle recevra d’appels et de courriels. S’il est possible de gérer cet afflux de messages dans les premiers temps d’une PME, il vient un moment où la bonne volonté ne suffit plus. Les clients n’aiment pas les délais de réponse : il faut donc qu’au moins une personne se dévoue entièrement à eux, préservant ainsi le lien de confiance qui les unit à l’entreprise.

Le gestionnaire de la relation avec la clientèle est le pivot entre les préoccupations des clients et la capacité de l’entreprise à réagir. Il répond à leurs questions, redirige leurs demandes le cas échéant et prend leurs besoins au sérieux. Sa présence, son écoute et son efficacité sont essentielles pour fidéliser les clients qui font déjà affaire avec l’entreprise. À terme, cette personne-clé sera même amenée à accompagner les clients privilégiés en offrant des conseils de croissance.

5/ Comptable et responsable du département financier

Les chefs d’entreprise n’ont pas nécessairement une prédisposition naturelle à l’analyse financière. Plutôt que de perdre un temps fou à tenter de décrypter des documents et des chiffres pourtant essentiels, mieux vaut recruter une personne dédiée à la  comptabilité et aux finances. Qu’elle soit employée à temps partiel ou contractuel importe peu : l’idée est de libérer le chef d’entreprise des opérations comptables afin, encore une fois, qu’il concentre ses efforts là où son expertise est requise.

Une structure à adapter

Les besoins des entreprises en pleine croissance ne sont évidemment pas tous les mêmes. En ce sens, la liste non exhaustive de ces postes-clés doit être adaptée au secteur d’activité de l’entreprise.

Par exemple : un dentiste aura certainement besoin d’un « office manager » pour son cabinet afin de gérer toute la partie administrative et la gestion de la relation avec les patients ; une entreprise qui gère de multiples projets en simultané aura besoin d’un « chef de projet » basé sur les différents pôles structurés en interne ; etc.

Par ailleurs, si un gestionnaire ne peut pas se permettre d’embaucher une personne à temps plein pour le marketing ou les relations publiques, par exemple, le recours à une firme externe peut être envisagé. Il est toujours plus efficace de faire accomplir une tâche par des spécialistes à qui le chef d’entreprise pourra exiger un retour sur investissement mesurable!

D’autres postes à combler rapidement ? Discutons-en dans les commentaires!

… et qui génère des revenus!

Beaucoup d’entreprises démarrent à titre de microentreprises qui comptent 5 salariés ou moins. À ce stade, il n’est pas rare que certains d’entre eux portent plusieurs chapeaux et accumulent plusieurs rôles. Mais à mesure que l’entreprise grandit, il devient essentiel de désigner des postes-clés afin d’assurer sa croissance. Voici 5 postes qui contribueront à solidifier la structure d’une PME en quête d’expansion.

1/ Directeur des ressources humaines

Au Canada, PME sont considérées comme telles jusqu’à concurrence de 499 salariés. Pas besoin, donc, d’atteindre le statut de grande entreprise – qui ne touche que 0,2 % des compagnies canadiennes – avant d’avoir besoin d’un directeur des ressources humaines! Au-delà d’un certain nombre de salariés, même le plus productif des chefs d’entreprise ne saura plus où donner de la tête pour gérer son équipe.

Un directeur des ressources humaines qualifié prendra en charge le recrutement de chaque membre de l’équipe en accord avec la stratégie de croissance du dirigeant, de la planification de la formation des salariés, de l’administration des paies et de la conformité des contrats de travail, entre autres. En libérant chef d’entreprise de ces tâches essentielles mais prenantes, une petite compagnie s’assure que son dirigeant pourra investir son temps dans son expertise réelle et dans les tâches qui ne peuvent être déléguées dans l’immédiat.

2/ Représentant des ventes

La conquête de nouveaux clients implique généralement la conquête de nouveaux marchés. À mesure qu’une entreprise grandit, son territoire d’opération s’étend inévitablement. L’ajout de représentants qui ont une connaissance approfondie de leur secteur d’activité et qui maîtrisent les techniques de vente propres à chaque industrie finit donc par devenir une nécessité pour la plupart des PME en croissance.

Contrairement aux postes dont l’essentiel du travail se concentre à l’interne, les représentants des ventes sont souvent sur le terrain. Ils rencontrent les clients, leur présentent les produits et services, tentent de répondre à leurs besoins et s’assurent de la fidélité des acheteurs déjà conquis. La nature même de cet emploi exige une personnalité assurée, attachante et persuasive. Engager des représentants ne suffit donc pas : il faut engager les bons! Ils sont, en quelque sorte, les ambassadeurs de l’entreprise.

3/ Directeur du développement des affaires

La croissance d’une PME ne survient pas en criant ciseau : elle est le fruit de la mise en œuvre d’une stratégie d’affaires bien étoffée. Si le dirigeant de l’entreprise est nécessairement impliqué dans la création de cette stratégie, son déploiement ne sera optimisé que si un de ses collaborateurs s’y consacre à temps plein.  Un directeur du développement des affaires – ou du développement des ventes – se révèle donc un ajout indispensable dans l’équipe d’une compagnie qui aspire à prendre du galon.

En s’occupant des efforts de vente, en saisissant les opportunités d’affaires et en coordonnant l’équipe de représentants qui œuvre directement auprès de la clientèle, le directeur du développement des affaires est une courroie de transmission majeure. Il chapeaute les activités qui, concrètement, permettent à l’entreprise d’asseoir ou d’accroître sa place dans son industrie.

4/ Gestionnaire de la relation avec la clientèle

Plus les clients d’une petite entreprise sont nombreux, plus elle recevra d’appels et de courriels. S’il est possible de gérer cet afflux de messages dans les premiers temps d’une PME, il vient un moment où la bonne volonté ne suffit plus. Les clients n’aiment pas les délais de réponse : il faut donc qu’au moins une personne se dévoue entièrement à eux, préservant ainsi le lien de confiance qui les unit à l’entreprise.

Le gestionnaire de la relation avec la clientèle est le pivot entre les préoccupations des clients et la capacité de l’entreprise à réagir. Il répond à leurs questions, redirige leurs demandes le cas échéant et prend leurs besoins au sérieux. Sa présence, son écoute et son efficacité sont essentielles pour fidéliser les clients qui font déjà affaire avec l’entreprise. À terme, cette personne-clé sera même amenée à accompagner les clients privilégiés en offrant des conseils de croissance.

5/ Comptable et responsable du département financier

Les chefs d’entreprise n’ont pas nécessairement une prédisposition naturelle à l’analyse financière. Plutôt que de perdre un temps fou à tenter de décrypter des documents et des chiffres pourtant essentiels, mieux vaut recruter une personne dédiée à la  comptabilité et aux finances. Qu’elle soit employée à temps partiel ou contractuel importe peu : l’idée est de libérer le chef d’entreprise des opérations comptables afin, encore une fois, qu’il concentre ses efforts là où son expertise est requise.

Une structure à adapter

Les besoins des entreprises en pleine croissance ne sont évidemment pas tous les mêmes. En ce sens, la liste non exhaustive de ces postes-clés doit être adaptée au secteur d’activité de l’entreprise.

Par exemple : un dentiste aura certainement besoin d’un « office manager » pour son cabinet afin de gérer toute la partie administrative et la gestion de la relation avec les patients ; une entreprise qui gère de multiples projets en simultané aura besoin d’un « chef de projet » basé sur les différents pôles structurés en interne ; etc.

Par ailleurs, si un gestionnaire ne peut pas se permettre d’embaucher une personne à temps plein pour le marketing ou les relations publiques, par exemple, le recours à une firme externe peut être envisagé. Il est toujours plus efficace de faire accomplir une tâche par des spécialistes à qui le chef d’entreprise pourra exiger un retour sur investissement mesurable!

D’autres postes à combler rapidement ? Discutons-en dans les commentaires!

Click to rate this post!
[Total: 1 Average: 5]
Add Your Heading Text Here

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Ut elit tellus, luctus nec ullamcorper mattis, pulvinar dapibus leo.

Évaluer cette page
Click to rate this post!
[Total: 1 Average: 5]

2 réponses

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CONTACTEZ-NOUS